Benchaâboun défend son budget et répond à ses détracteurs



[ad_1]

Kiosque360. Lors de la discussion du projet de loi des Finances, l’opposition n'a pas ménagé le gouvernement, notamment sur l’endettement, vision économique et la cohésion du gouvernement. And un véritable plaidoyer, le ministre de l’Economie et des finances a répondu aux critiques.

In response to the aux critiques formulées, the Consulators were discussing with the pro-de-Loi des Finances, Le Médéré de Economie et des finances, Mohamed Benchaâboun, a déclaré que le volume d'endettement de notre pays ne dépassait at 65% du PIB . Un taux qui demeure, ajoute le ministre, «dans les limites tolérées en comparaison à certains pays développés dont le volume d’endettement dépasse les 100%».

Benchaâboun réfute, ainsi, les reproches de l’opposition, accuse le gouvernement d’El Othmani d’être à origine de l’augmentation de la dette publique, is a 90% du PIB. Il étaye was a member of the department for multiples chocs simulés par le Fonds Monétaire International (FMI) surtement du Maroc ont démontré la capacité de l’économie nationale à résister à tous les aléas externes. Le FMI, ajoute le ministre, a ainsi relevé l'immunité de la dette publique marocaine face aux chocs, and soit au niveau du déficit budgétaire, du taux d’intérêt ou du taux de change.

Le quotidien Al Ahdath Al Maghribia rapporte, dans son deition du mercredi 28 novembre, que le ministre a réaffirmé que la dette publique demeurait maîtrisable et ne dépassait at 70% du PIB. Benchaâboun avait déclaré, la semaine dernière, que le Maroc etait arrivé a un accord avec la Banque mondiale sur une nouvelle ligne de crédit moins onéreuse que la précédente. Ce faisant, le ministre a rejeté les accusations de l'opposition, which imputes l'accroissement de la dette au gouvernement d'El Othmani: «La dette du Maroc n'est at l'héritage privé d'un quelconque gouvernement, mais le résultat d'une politique volontaire which is fut bénéfique pour notre pays, dans le soutien de l'offre et de l'investissement. Du coup, el a concouru à la protection de économie nationale, alors que les économies de grands pays se sont écroulées ».

The best pour, ajoute Benchaâboun en'adressant aux Conseillers, «qu'il ne faut pas is tempe de à verser dans la critique qui, dan certains cas, défie la logique». Et le ministre d'ajouter which is not a pays traverse for the crucial phase of the process, and also the levies discours politique, so that les les coyoyens retrovent confiance dan les les partisques et les institutions nationales ». D'autant que, enchaîne le ministre, «les facteurs géopolitiques which is notre pays menent notre sécurité et doivent nous pousser à être constamment mobilisés».

Les Minimes, les dossiers urgents liés à l'enseignement, à la santé, é la santéte, doit absolument doit absolument doit absolument aux programs de la protection de l'emploi, ainsi que le retour de confiance à l'entreprise et la redynamication de l'investissement ». Sans oublier bien sûr, ajoute le ministre, «les propositions pour réinventer un nouveau modèle de developedpement du pays dans les trois prochains mois».

Dans sa réponse aux critiques des conseillers, Bencha'boun n'a pas hésité à s'élever contre certains termes employes par les intervenants à l'encontre du gouvernement: «absence de vision», «manque de cohésion», «défaut de créativité». .. Considered by CES attaques comme inacceptables, le quédécion de lécécion de la lécéné de lécéné de lécéné de lénécence avec les les composantes de la majorité, en la bases sur les instructions royales et le program gouvernemental ». Et le ministre de préciser que le gouvernement avait une vision partée et des choix économiques et sociaux très clairs, which is encadré l’élaboration du projet de loi des Finances.

[ad_2]

Source link